Les greffes osseuses

Dans la majeure partie des cas, l’os est en quantité suffisante pour pouvoir mettre un implant de 11,5 mm (longueur généralement constatée) ;
dans ces cas là, la pose d’implant est simple : il s’agit de forer de la taille du futur implant et de le visser à cet endroit ; de la même manière que l’on met une cheville dans un mur plein.
Le « métier » consiste à placer l’implant à l’exact endroit où il y aura la future dent prothétique, avec un diamètre et une inclinaison adéquats.

Mais dans certains cas, le volume osseux est insuffisant : il faudra donc au préalable reconstituer le capital osseux.
Pour reconstituer ce capital, il faudra faire une greffe osseuse, par apport de greffon dans le ou les endroits où il en manque.

Les greffes sont classées en fonction du type de greffon :


Il s’agit d’os prélevé sur le patient lui-même.

Les sites « donneurs » sont (c’est-à-dire les endroits où l’on va prélever):

– La région du menton
– La région du ramus, c’est-à-dire au niveau de la dent de sagesse inférieure

Je ne parle volontairement pas des sites comme le crâne ou l’os iliaque, car ce sont des interventions qui existent, mais que je ne voudrais pas que l’on réalise sur moi-même.
Il s’agit de la meilleure intervention pour le site receveur, mais les suites opératoires ne sont pas maitrisées et peuvent être douloureuses au niveau du site donneur.
Nkenke en 2009, a fait une étude sur 1920 patients greffés au niveau des sinus, et implantés : il a démontré qu’il n’y a pas de différence significative sur le taux de survie des implants posés dans l’os greffé, quelque soit:
– le matériau de comblement utilisé
– le protocole de mise en place
– le protocole chirurgical
– la durée de cicatrisation (de 3 à 13 mois)
– les complications per opératoires sur la résorption ou non du greffon
Etant donné qu’il n’y a pas de différence significative; selon que l’on prenne de l’os au patient ou non, on va plutôt choisir un substitut osseux pour éviter toute complication au niveau du site prélevé, et pour avoir des quantités importantes. Le chirurgien va donc plutôt se tourner vers l’Allo Greffe ou la Xéno Greffe.


Le greffon est du tissu osseux humain (qui n’est pas celui du donneur), traité.
2 banques commercialisent actuellement :

Le problème est que ces matériaux sont plus résorbables que le substitut osseux naturel de référence et ce n’est pas ce qu’on recherche : il faut que le greffon reste le plus longtemps possible comme mainteneur d’espace pour qu’une vascularisation et une nouvelle ossification puisse se faire avant remaniement de ce greffon.


Dans ce cas, le substitut osseux ou greffon est d’origine bovine.

Le matériau de choix, le plus étudié et le plus utilisé dans ce cas est le substitut osseux naturel de référence :

Cet os bovin est:

– déprotéiné, stérilisé
– avec des particules de différentes tailles
– chimiquement et physiquement identique à l’os humain
– ostéo conducteur, c’est-à-dire qu’il n’est pas actif sur la nouvelle ossification, mais il la conduit


Sont à base:

– Soit d’hydroxyapatite synthétique dont l’intérêt est comme pour le substitut osseux naturel de référence : maintenir l’espace

– Soit de phosphate tricalcique, lui plutôt va se résorber, ce qui va permettre à l’os de remplir les pores. Le phosphate tricalcique va en plus apporter des éléments nécessaires à la minéralisation de cet os.

Phone: 05 61 42 60 06
Fax: 05 61 25 74 75
Cabinet du docteur Marty
9 rue Réclusane, 31300 Toulouse